bouddhisme‎ > ‎

Prise de Refuge

Refuge unique, refuge saint,
lotus d'amour dont le dharma est le fruit,
Embaumez notre vie
Prise de Refuge (Pratique)

Le refuge est le premier pas sur la voie, en l'effectuant nous franchissons le seuil du Dharma. Nous entrons dans le cheminement qui met fin aux cycles indéfinis d'illusions et de souffrances du Samsara. C'est le début de la fin du Samsara. Il établit une connection spirituelle qui va nous aider à nous diriger, dès maintenant et jusqu'à l'éveil. Il sera une source d'inspiration et et une assistance en cette vie, au moment de la mort et jusqu'à l'eveil. C'est la chose la plus précieuse que nous puissions recevoir.

En prenant refuge, nous ne sommes pas seul, cette voie a été ouverte par Bouddha Sakyamouni il ya deux mille cinq cents ans, et d'innombrables personnes l'ont suivies depuis. Nous participons aujourd'hui de son héritage de richesse et d'inspiration. Cette joie est à la base de la cérémonie, et traduit l'ambiance générale de celle ci.

Nous prenons refuge dans l'esprit du Mahayana, avec compassion, l'ampleur et l'ouverture qui le caractérisent.Nous ne prenons pas refuge transitoirement, fut ce jusqu'à notre mort, mais à partir de maintenent jusqu'à ce que nous arrivions à l'ultime éveil.Nous associons à notre engagement tous les êtres, où qu'ils soient, quels qu'ils soient, avec pour motivation d'accomplir le bien de tous ceux ci. Il nous faut dépassé notre mentalité égocentrique et éveillé en nous cette attitude d'esprit, dans son immense générosité.

Nous prenons refuge en le Bouddha. Le Bouddha intérieur est la nature pure de l'esprit, cette nature ne nous est pas extérieure mais elle nous aujourd'hui inconnue. Aussi pour entrer en relation avec elle nous utilisons une représentation symbolique qui nous rend sa présence accessible à un niveau relatif. Nous nous imaginons ainsi tous les bouddhas et bodhisattvas, en face de nous, dans un espace abstrait. L'essentiel est de percevoir leur présence avec le sentiment de respect et l'aspiration qu'elle nous inspire.

Pour entrer dans le sacré de cet espace, en présence des trois joyaux, et leur demander refuge, nous faisons trois prosternation. C'est le geste traditionnel de l'hommage. En faisant ces prosternations, on ne rend pas hommage à une statue ou à une représentation, la prosternation est un geste symbolique d'humilité, d'abandon de l'égo et, d'ouverture. On abdique l'égo face à l'éveil.

Pour faire une prosternation, nous nous inclinons en plaçant tout d'abord nos mains au niveau du front, puis de la gorge, puis du coeur. Ces trois attouchements expriment, d'une part, les respects de notre corps, de notre parole et de notre esprit, et, d'autre part, notre aspiration vers le Corps, La Parole et l'Esprit du Bouddha. Puis, cinq points de notre corps (le front, les deux mains et les deux genous) vont toucher le sol; c'est le symbole de l'abdication des cinq constituants de notrre individu qui sont "mis à terre", et c'est en même temps le geste d'ouverture aux cinq sagesses.

Ainsi globalement, on se vide de son égo et, en se vidant, on se remplit des qualités éveillées . Nos corps, paroles et esprits prennent la direction des Corps, Paroles et Esprit du Bouddha et les cinq constituants de l'égo prennent la direction des cinq sagesses de l'éveil.

Lorsque l'on prend refuge, il ya un certain nombre de conseils qui sont donnés : Il est des choses qu'il faut essayer de pratiqquer, d'autres qu'il faut essayer d'abandonner.

D'abord, il est important d'apprendre le respect pour les Trois Joyaux. La dimension la plus importante de ce respect est intérieure, mais le respect intérieur se reflète et va de pair avec une attitude extérieurement respectueuse, et c respect extérieur est une aide pour amplifier le respect intérieur. On apprendra donc à respecter attentivement les supports du Bouddha, du Dharma, et du Sangha, c'est à dire, les représentations du bouddha, les livres transmettant le dharma et les membres support du Sangha

Ayant pris refuge dans le Bouddha, la réalisation et l'état d'éveil essentiel, il ne faudrait pas quitter ce refuge ultime pour de nouveaux refuges contingents, que ce soient : des personnes, des choses, des idéologies ou des dieux encore liés au Samsara, c'est à dire la dualité.

Ayant pris refuge dans le Dharma, dont la nature est non passion, non agressivité, vivant en accord avec cette non agressivité, nous ne devons pas nuire aux autres.

Ayant pris refuge dans le Sangha, la communauté de ceux qui aspirent à l'éveil, il ne faudrait pas tomber sous l'influence de "mauvais amis" qui tendraient à nous faire abandonner la pratique du Dharma.



Prise de Refuge

SANG GYAI/ TCHEU DANG/ TSO GUI/ TCHO NAMM LA//
DJANG TCHOUB/ PAR TOU/ DA NI/ KYAB SOU TCHI//
DA GUI/ DJIN SO/ GUI PEI/ SEU NAMM GYI//
DjO LA/ P'ENN TCHIR/ SANG GYAI/ DjOUP PAR CHIO//

En le Bouddha, le Dharma et la sublime Congrégation, je prends refuge jusqu'à l'Eveil,
Par l'activité bénéfique produite par ma pratique du don et des autres vertus,
Puissè-je réaliser l'état de Bouddha pour le bien de tous les êtres.
Comments