bouddhisme‎ > ‎

.Glossaire



Abhidharma :
"Doctrine particulière", troisième partie du canon bouddhiste (Tripitaka). Il représente la plus ancienne compilation de philosophie et de psychologie bouddhiste. Il présente dans un ordre systématique les enseignements et analyses de phénomènes psychique et spirituels contenus dans les sermons du Bouddha et de ses principaux disciples. Il constitue la base dogmatique de l'Hinayâna et du Mahâyâna.

Abhisheka
: "Onction, consécration" . Processus, central dans les méthodes du Vajrayâna, au cours duquel un disciple reçoit du maître le pouvoir de pratiquer des exercices de méditations particuliers. L'Abhisheka s'accompagne généralement de la lecture du Sâdhana correspondant, ce qui autorise l'élève à lire et à appliquer ce texte, ainsi que d'un commentaire oral du maître qui explique la façon correcte de pratiquer.

Achala
: Terme honorifique désignant la soeur

Amala
: Terme honorifique désignant la mère

Agrégats
: Skandha :Une personne, un être est formé de 5 Agrégats d'Attachement, ils sont Impermanents, en perpétuel changements, donc Souffrance. Il n'y a d'autres "être" ou de "moi" ou de "soi" qui se tiennent derrière ses 5 Agrégats.
1) L'Agrégat de la Matière : Terre, Eau, Feu, Air, Solidité, Fluidité, Chaleur, Mouvement. Organes des sens : Oeil, Oreille, Langue, Nez, Peau. Les objets mentaux : Pensées, idées, conceptions.
2) L'Agrégat des Sensations (6): C'est ce que nous éprouvons dans les contacts des organes physiques et de l'organe mental avec le monde extérieur. Sensations nées du contact de l'oeil (formes visibles), de l'oreille (sons), du nez (odeurs), de la langue (saveurs), du corps (objets tangibles), du mental (objets mentaux, pensées ou idées)
3) L'Agrégat des Perceptions (6): Ce sont les perceptions qui reconnaissent les objets physiques ou mentaux. Comme les sensations, elles résultent de la mise en rapport de nos 6 facultés avec le monde intérieur et extérieur.
4) L'Agrégat des Formations Mentales (6) : Qui comprend tous les actes volitionnels bons ou mauvais (tout ce qui est déterminé par la volonté), en rapport de nos 6 facultés avec le monde intérieur et extérieur.
5) L'Agrégat de la Conscience : La conscience est une réaction, une réponse qui a pour base une des 6 facultés (oeil, oreille, nez, langue, corps et mental) et qui a pour objet un des phénomènes extérieurs correspondants (formes visibles, sons, odeurs, saveurs, choses tangibles et objets mentaux (idées, pensées))

Amitabha
: Bouddha céleste, dont le nom signifie "Lumière Infinie"

Amour
: C'est souhaiter le bonheur des êtres, à la fois dans le présent et dans l'avenir. L'amour veut pour les autres le bonheur non seulement dans cette vie, mais aussi qu'ils puissent poser les fondations de leur bonheur à venir par une conduite positive.

Appropriation
: Attachement; acte de s'approprier une chose, une notion ou un état mental en pensant "ceci est à moi, je suis ceci, ceci est mon Soi"...

Arahant
: (méritant); celui ou celle qui est libéré de toute souillure mentale et entrave; celui ou celle qui a atteint la quatrième et dernière étape de la voie de la libération; le but final du disciple. Celui ci arrive a cette étape en se débarrassant complètement des cinq dernières souillures/ L'attachement pour les existences matérielles, l'orgueil, l'inquiètude et l'ignorance.

Arya
: Noble, supérieur. Celui qui a réalisé la Vérité ultime, Shûnyata

Astrava-Skanda
: Agrégats des personnes ordinaires produits par le karma et produisant à leur tour un nouveau karma. Ils sont appelés agrégats impurs et leur nature est souffrance.

Asseoir à l'écart sur le côté (s')
: Une manière respectueuse de s'asseoir pour discuter avec quelqu'un d'honorable, en ne se tenant ni trop près, ni trop loin, ni directement en face de lui, ni derrière lui. Les textes canoniques qui rapportent les sermons et les discussions mentionnent que tel ou tel interlocuteur venu discuter avec le Bouddha "s'assit à l'écart sur un côté".

Asura
: Démon, mauvais esprit, "titan". Une des 6 conditions de renaissance, tantôt située parmi les conditions élevées, tantôt parmi les inférieures. Considérée comme une condition élevée, Asura désigne les dieux inférieurs qui vivent sur les pentes ou au sommet du mont Sumeru, pivot du monde, ou dans des palais célestes. Lorsqu'il s'agit d'une condition inférieure, les Asuras sont les ennemis des dieux et font partie du domaine du désir sensuel.

Ati
: Dzogchen : Grand aboutissement, doctrine principale de l'école du bouddhisme tibétain. C'est l'enseignement définitif et le plus secret du Bouddha Shâkyamuni.

Atman
: âme, Soi, essence permanente, niée par le bouddhisme.

Avalokitesvara
: Incarnation de la compassion de tous les Bouddha. Tchènrézi.

Avarana
: Obstacles, entraves provoquées par les émotions, les passions et leurs empreintes sur l'esprit. Jnânavarana : Obstacles à la parfaite connaissance.

Avadhûti :
Le principal chemin de l'énergie dans le corps illusoire (subtil). On atteint la résolution de la dualité quand la force de vie empreinte ce chemin.

Avidyâ
: Ignorance ou illusion. Elle est considéré comme la racine de tout ce qui est malsain dans le monde et défini comme l'ignorance du caractère douloureux de l'existence. En désaccord avec la réalité, cet état d'esprit confond réalité et phénomènes illusoires.

Bannière de Sipakhorlo
: Sipakhorlo, la roue de la vie, image décrivant le cycle de l'existence, selon la pensée bouddhiste

Bardos
: "Transition" Notre existence entière est divisée en 4 réalités qui sont en corrélation constante. 1° Le bardo naturel de cette vie, 2° Le bardo douloureux du moment de la mort, Le processus de la mort et la mort elle même, 3° Le bardo lumineux de la dharmata, La période après la mort, 4° Le bardo karmique du devenir, La renaissance.

Bardo Tödrol Chenmo
: La grande libération par l'audition pendant le Bardo : Livre des Morts Tibétains.

Base d'imputation
: Phénomène dont les composants groupés incitent à une désignation particulière (exp : les parties de la table, 4 supports et un plateau provoquent le nom : table )

Base de réfutation
: Phénomène qui est l'objet de raisonnements par lesquels son existence intrasèque est réfutée.

"Bien" "Mal"
: Les grands enseignements spirituels nous disent ils vraiment que nous combattons l'obscurité parce que nous sommes du côté de la lumière et de la paix ? Nous disent ils de lutter contre le côté <<indésirable>>, le mauvais et le noir ? NON : La grande sagesse des enseignements sacrés, c'est qu'il ne devrait jamais y avoir de guerre. Aussi longtemps que l'on continue la guerre, que l'on essaie de se défendre, ou d'attaquer, l'action n'est pas sacrée; elle est profane, dualiste, c'est la situation d'un champ de bataille. Il ne faudrait tout de même pas attendre des grands enseignements quelque chose d'aussi simpliste, essayer d'être bon, combattre le mal, ça c'est plutôt l'approche d'un western Hollywoodien (avant même d'avoir vu la fin du film, on sait déjà que les bons auront la vie sauve et que les méchants seront écrasés). Si nous regardons le sentier spirituel comme un champ de bataille, c'est que nous sommes faibles. Notre progrès sur la voie dépendra du territoire que nous aurons conquis, en châtiant nos fautes et celles d'autrui, il dépendra de la négativité que nous aurons éliminée. C'est bien faible... On peut difficilement appeler cela la libération ou la liberté. On a réalisé la libération en écrasant quelque chose d'autre !!!, c'est purement relatif.
On doit voir les deux pôles d'une situation tels qu'ils sont, comme en vue aérienne. Il y a le bien, et il y a le mal, et l'on voit les deux, dans une vue panoramique, comme d'en haut. La joie se développe dans la situation de vision, de perception panoramique de tout le terrain, ouvert. Il n'y a pas dans cette situation ouverte, le moindre soupçon de limite, ou de solennité forcée. Il n'existe rien qui soit susceptible d'être offensé.

Bodhgaya
: Petit village du Nord de l'Inde, où le Bouddha obtint l'Eveil

Bodhisattava
: Nom donné à ceux qui vouent leur réalisation spirituelle au bien des autres et se manifestent continuellement dans le monde.

Bodhichitta :
Aspiration fondamentale au bien des autres. Amour, compassion, joie et équanimité imprègnent notre esprit, guident notre manière de penser, de parler, d'agir. Elle imprègne toute la pratique du Mahayana. La méthode la plus puissante pour développer la Bodhichitta est sans conteste la méditation de Tchènrézi. Il n'est pas possible de comprendre la vacuité ou de pratiquer le varayana si , au préalable, on a pas développé la bodhichitta.

Bouddha
: Désigne une personne, toute personne, qui s'est entièrement éveillée de l'ignorance et s'est ouverte à son vaste potentiel de sagesse. Un bouddha est celui qui a mis un terme à la souffrance et à la frustration, et qui a découvert un bonheur et une paix durables, impérissables.Il y a plus de 2500 ans, un homme qui avait recherché la vérité au cours d'innombrables vies, se rendit en un lieu tranquille de l'Inde et s'assit sous un arbre......

Bön
: Religion considérée comme originelle au Tibet

Cham
: Danse sacrée du bouddhisme tibétain

Chang
: Bière d'orge

Chola
: Terme honorifique désignant le frère ainé

Calme, concentration, Samathâ
: Etat dans lequel l'esprit reste fixé sur l'objet de méditation, sans effort et sans distraction.

Champ de Béatitude
: C'est le domaine de manifestation pure du Bouddha Amitabha.

Chakra : "Roue, cercle".
Un des centres d'énergie subtile du corps illusoire. Ces centres recueillent, transforment et distribuent l'énergie qui les traverse. Bien que les chakras correspondent parfois à des organes corporels (exp : la tête, la gorge, le coeur et le nombril), ils ne leur sont pas identiques car il appartiennent à un autre niveau de réalité phénoménale.

Chiné
: Méditation sur la pacification mentale

Compassion
: Elle prend pour point de référence la souffrance. Pitié à l'égard des êtres souffrants. Elle est la volonté que les êtres puissent dès maintenant être libre de la souffrance qui est le résultat d'actes négatifs passés, et qu'ils ne créent pas les causes de leurs souffrances à venir par une activité négative présente.

Conscience
: Quelle est l'origine de la Conscience ? Elle ne peut surgir de rien. Un moment de conscience ne peut se produire sans le moment de conscience qui l'a immédiatement précédé. Si vous remontez à l'origine de notre esprit actuel, de notre conscience présente, vous vous apercevrez que, de même que pour l'origine de l'univers matériel (infini), vous remontez à l'origine de la continuité de l'esprit jusqu'à une dimension infinie, donc sans origine, c'est la Conscience Subtile, la plus profonde et toujours présente. La continuité de cette Conscience est permanente comme les particules d'espace. Ce qui correspond aux particules d'espace dans le champ de la matière est, dans le champ de la conscience, la Claire Lumière. La Claire Lumière, avec son énergie particulière (rien ne peut l'arrêter ni la limiter) assure le lien avec la conscience ordinaire. (conscience --> perceptions, sensations --> moi --> mental) . La conscience ordinaire ne reconnaît pas un objet, elle est seulement un acte d'attention, d'attention à la présence d'un objet. Quand l'oeil entre en contact avec une couleur, la conscience visuelle apparaît qui n'est simplement qu'attention à une couleur (le fait de s'aviser de la présence d'une couleur), mais elle ne reconnaît pas que c'est du bleu. C'est la perception ,le 3ème Agrégat qui reconnaît que la couleur est bleue. Il n'y a pas de conscience ordinaire sans condition. Conscience visuelle, conscience auditive, conscience olfactive, conscience gustative, conscience tactile.

Concentration mentale
: Concentration stable atteinte par un exercice mental systématiquement pratiqué, notamment par une des méthodes de l'apaisement de la pensée.

Créateur
: Le bouddhisme croit en la causalité universelle, tout est soumis au changement, à des causes et à des conditions (rien n'est indépendant). Il n'accorde donc aucune place à un créateur divin, ni à une génération spontanée des êtres, tout se manifeste au contraire comme une conséquence de causes et de conditions. Ainsi l'état présent de l'esprit, ou conscience, résulte des états précédents.
Le principe créateur ultime est la Conscience (infinie, sans origine). Un commencement au courant vital des êtres vivants est inconcevable. Il n'est pas possible de dire que la vie n'a pas existé au delà d'un point défini.

Croire
: (Tenir pour vrai...) Le Bouddha a ouvert les yeux des gens et les a invités à voir librement, il ne leur a pas bandé les yeux en leur demandant de croire.
Tout est question de connaissance et de vision, non de croyance, il faut "venir voir" et non "venir croire".

Damarou
: Petit tambour à boules fouettantes

Dharma
: Avec un d minuscule signifie tout ce qui existe, chaque phénomène. Avec un D majuscule, signifie enseignement religieux. Méthode qui soutient les êtres, les empêchant de tomber dans la souffrance samsârique. Les bouddhistes emploient le mot Dharma pour tout enseignement religieux chrétien, hindouiste, etc... L'enseignement du Bouddha est appelé Bouddha-Dharma.
Comments